Comprendre les dynamiques de participation des acteurs au processus créatif

Le rôle des réunions dans le processus créatif

Les réunions jouent un rôle déterminant dans le démarrage et le déroulement d’un projet créatif. Elles peuvent influencer le fonctionnement de l’équipe de travail, augmenter la cohésion du groupe et favoriser le sentiment d’appartenance des membres. Par exemple, une rencontre désorganisée et floue peut engendrer un manque de motivation, et, au contraire, une rencontre dirigée vivement et où les sujets essentiels sont abordés franchement peut susciter l’enthousiasme.

Pour assurer l’efficacité de ces rencontres, il est certes important de respecter certaines conditions techniques comme commencer à l’heure, distribuer un ordre du jour, etc., mais bien souvent, le succès d’une réunion créative provient de la qualité des échanges qui y ont lieu. Être conscient du jeu politique entre les différents acteurs d’un projet créatif permettra au ou à la gestionnaire de mieux orienter le groupe vers l’atteinte de l’objectif.

L’axe de participation des acteurs au cours d’un processus créatif

Michel Bélanger, dans son article Le jeu politique de l’innovation, identifie 5 positions que peuvent prendre les acteurs sur l’axe de participation au cours d’un processus créatif. Ces positions sont tirées du modèle de Saint-Arnaud employé en psychologie des relations humaines; il s’agit des positions de créatif, entrepreneur, suiveur, réfractaire et absent. On retrouve parfois dans les théories d’animation des groupes les mêmes positions, mais portant des noms différents : centre, émetteur, récepteur, satellite et absent.

Positions possible des acteurs au cours d'un projet
Positions possible des acteurs au cours d’un projet

La notion d’axe de participation sert à désigner les relations qui s’établissent entre les acteurs d’un projet d’innovation, comme dans l’exemple de Bélanger, ou à plus petite échelle, entre les participants d’une réunion. Elle sert aussi à évaluer le degré d’engagement d’un acteur dans une réunion ou dans un projet créatif.

Il y a autant d’axes de participation que d’acteurs, et chaque acteur peut changer de position sur l’axe au cours du projet ou au cours d’une même rencontre. La position occupée par un acteur est déterminée par ce qui s’observe de son comportement, ses prises de paroles et ses non-dits. On peut illustrer la position des acteurs à un moment précis d’un projet ou d’une rencontre de la manière suivante :

Axe de participation à un projet
Position des différents acteurs sur l’axe de participation à un moment du projet

 L’influence du ou de la gestionnaire de projet

Michel Bélanger nous dit qu’un processus créatif implique une certaine dynamique conflictuelle entre les forces des créatifs et des entrepreneurs et les forces des réfractaires. Et que, de leur côté, les suiveurs peuvent se ranger tantôt du côté des créatifs et des entrepreneurs, tantôt du côté des réfractaires, selon qu’un côté ou l’autre a su les convaincre de les appuyer.

La ou le gestionnaire de projet doit être conscient de ces forces et avoir le talent de les utiliser au mieux. Grâce à son intuition et ses habiletés sociales, il ou elle a le pouvoir d’amener un ou des acteurs à changer de position sur l’axe de participation afin de contribuer plus positivement au projet créatif. Un bon ou une bonne gestionnaire de projet sera capable d’installer et de maintenir l’ambiance de travail nécessaire aux participants pour qu’ils déploient leur potentiel et saura décoder leurs besoins. Ainsi, il ou elle comprendra mieux les enjeux de pouvoir entre les forces visionnaires des créatifs et les forces de résistance des réfractaires ce qui lui permettra d’en tirer profit dans l’atteinte de l’objectif du projet.

Sources :

BÉLANGER, Michel. Le jeu politique de l’innovation.

GRAY, Clifford F. et Erik W. Larson. Management de projet. 3e édition, Éditions de la Chenelière inc. 2006.
ST-ARNAUD, Yves. Petits groupes : Participation et animation. 3e édition, Gaétan Morin Éditeur, 2008.

4 commentaires sur “Comprendre les dynamiques de participation des acteurs au processus créatif

Ajouter un commentaire

  1. C’est clairement à l’avantage du gestionnaire de projet de s’assurer que tous ces rôles sont comblés pour atteindre le maximum d’échanges et idées innovateurs lorsqu’il débute un projet. De mes expériences, des équipes avec beaucoup d’entrepreneurs agissent rapidement avec des idées, mais des équipes avec que des suiveurs ne prennent pas de décisions. Un travail d’équipe à toujours ses défis, encore plus si vous avez besoin de jumeler les personnalités et essayer de convaincre un entrepreneur de devenir suiveur ou vice versa. Je suis de plus en plus convaincu que le rôle de gestionnaire de projet et en partie organisateur, mais surtout psychologue.

  2. Contrairement à Aliki et à l’auteur Michel Bélanger, je ne suis pas certaine qu’une équipe constituée de beaucoup d’entrepreneurs puisse avancer tant que ça. Quand ce type de personnalité est surreprésentée, j’ai souvent l’impression que les idées se confrontent et ne progressent pas davantage. Bref, je pense que, bien souvent, les réfractaires sont des entrepreneurs qui ne rangent pas à notre propre opinion. Mais bon, si vous insistez un peu sur la théorie, peut-être que je ferai de moi une « suiveuse ». 😉

    En passant, Joannie, je trouve fascinant à quel point ton texte et celui de Sophie parlent d’un sujet similaire, mais d’un angle très différent! Vos textes se complètent bien et ça permet de voir un juste milieu entre la responsabilité d’un gestionnaire et celle des membres d’une équipe au sein de projets collectifs.

  3. En effet, comme le dit Anne Marie, le sujet de cette article s’apparente beaucoup à la technique des Chapeaux de bono mais d’un angle différent. Très intéressant ! Je crois également que parfois, quand il y trop d’entrepreneurs, l’avancement d’un projet peut être freiné, d’où l’expression « trop de chefs et pas assez d’indiens » qui est rarement utilisé positivement. Ceci étant dit, les entrepreneurs sont importants, comme l’ensemble des différents acteurs dans une réunion, et dans la réalisation d’un projet afin de bien le mener à terme.

  4. Certains rôles de cette approche sont semblables à ceux de la technique des Chapeaux de Bono dont j’ai traité dans mon billet. La grande différence est au niveau des rôles de suiveurs et absents. Dans ce cas, ils ont plus un rôle politique que purement créatif?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :